degrade-diapo
  • diapo

Un périmètre d’étude stabilisé et des orientations redéfinies

L’Assemblée générale du Syndicat mixte et ses services techniques ont établi un bilan de la Charte précédente et proposé d’étudier sa révision à partir d’un diagnostic territorial selon trois orientations majeures :

  • Renforcer la protection de la montagne
  • Accompagner le renouveau du milieu rural
  • Préserver la biodiversité et le paysage du littoral

 

Concernant la stabilisation du périmètre d’étude, le choix du Syndicat mixte et de l’Assemblée de Corse repose sur deux éléments essentiels. D’une part, selon le Ministère de l’environnement, un élargissement excessif du périmètre aurait relevé d’une procédure de création d’un nouveau Parc et non plus d’une simple révision de Charte. D’autre part, les extensions retenues sont justifiées par un intérêt patrimonial, identifié lors du diagnostic territorial, relevant des critères de classement définis par le code de l’Environnement (continuités de sites Natura 2000 ou de ZNIEFF dans le cas des communes de la vallée du Golo ou de la façade littorale, continuités paysagères pour celles du Taravo, du massif de Cagna ou du versant Est de la Castagniccia).

Concernant les orientations proposées, le Syndicat mixte et l’Assemblée de Corse ont considéré que ce territoire s'organise autour de deux espaces d'intérêt patrimonial majeur, la montagne et le rivage occidental, mais que la revitalisation du rural et le rééquilibrage entre le littoral et l'intérieur demeurent, comme en 1972 lors de sa création, la raison d'être du PNRC. Ainsi, tout en préservant les fondements des Chartes précédentes, un tel choix identifie des ensembles géographiques au sein desquels les missions du Syndicat mixte pourront être abordées de manière transversale en fonction des enjeux en présence :

  • Aux sommets de l’arrête centrale présents depuis 1972 et à ceux de la Castagniccia intégrés en 1990, s’ajoutent désormais le massif le plus méridional, celui de l’Omu di Cagna. Les enjeux de préservation de la biodiversité et des paysages ainsi que de développement local (sports de nature et pastoralisme notamment) sont ceux des milieux d’altitude de l’ensemble de l’île.
  • L’espace rural inscrit dans le périmètre d’étude est quant à lui, très représentatif des problématiques (fortes contraintes, faible démographie, enclavement, besoin de revitalisation…) auxquelles sont confrontées  la plupart des communes de l’intérieur, contrairement à celles du littoral bénéficiant d’une démographie et de capacités de développement plus favorables.
  • Le littoral du Parc avait déjà été identifié dans le périmètre initial comme un secteur à très forts enjeux de protection (biodiversité, patrimoine géologique et paysager). La juxtaposition, voire la superposition des classements (site classé, Réserve Naturelle, inscription au Patrimoine Mondial, réserve MAB, acquisitions du Conservatoire du Littoral, sites Natura 2000…) distingue cette portion des autres rivages corses. Son caractère paysager, les labels qui le consacrent et sans doute aussi, son relatif enclavement, imposent une attention particulière quant à la gestion de la fréquentation touristique.